Cover Image

Manifeste Crypto-Anarchiste - 1992

15 avril 2022 - Temps de lecture: 6 minutes

Ce "manifeste" a été écrit par Timothy C. May en 1988 et lu lors du premier rassemblement des cypherpunks dans la Silicon Valley en septembre 1992. «The Crypto Anarchist Manifesto» a été initialement publié sur activism.net.

Timothy Christopher May, dit Tim May (né le 21 décembre 1951 à Bethesda dans le Maryland et mort le 13 décembre 2018 à Corralitos en Californie), est un informaticien américain, ingénieur et chef scientifique chez Intel à une période précoce et cruciale de l'histoire de cette société. En tant qu'ingénieur Intel, il est connu pour avoir résolu le "problème des particules alpha" qui nuisait à la fiabilité des circuits intégrés à l'échelle des micropuces.

Comme activiste politique, il est membre fondateur de la liste de diffusion Cypherpunk, auteur du Crypto Anarchist Manifesto et du Cyphernomicon (la FAQ de la liste). Il a beaucoup écrit sur la cryptographie et la confidentialité des données entre 1990 à 2003. Les idées de base des cypherpunks sont aussi exprimées dans "A Cypherpunk's Manifesto" (Eric Hughes, 1993) : "La confidentialité est nécessaire pour une société ouverte à l'ère électronique. ... Nous ne pouvons pas nous attendre à ce que les gouvernements, les entreprises ou d'autres grandes organisations sans visage nous accordent la confidentialité. ... Nous devons défendre notre propre vie privée si nous nous attendons à en avoir."

Les cypherpunks espéraient un monde où les traces informatiques d'un individu - tout, depuis une opinion sur l'avortement jusqu'au dossier médical d'un avortement réel - ne pourraient être dévoilées que si l'individu concerné choisissait de les révéler ; un monde où des messages cohérents circuleraient dans le monde entier par le réseau, mais où les intrus et les états essayant de les extraire du réseau ne trouveraient que du charabia. Ils pensaient que la seule façon de concrétiser cette vision serait l'utilisation généralisée de la cryptographie.

Les obstacles à ce projet sont politiques car certaines des forces les plus puissantes des gouvernements et des GAFAs se consacrent au contrôle des outils numériques. Le projet ePrivacy, dont une première version a été adoptée par le Parlement européen le 26 octobre 2017, en est un exemple récent extrêmement alarmant. Il prévoit notamment :

  • que nos messages, nos appels et les sites que nous visitons ainsi que notre géolocalisation, grâce à nos téléphones portables, puissent être analysés et les données ainsi recueillies exploitées à des fins commerciales par des entreprises sans notre consentement ;
  • que les États européens puissent obliger les services de communications cryptées à leur donner accès aux communications de l’ensemble de leurs utilisateurs afin de les surveiller pour des finalités extrèmement larges, qui dépassent la lutte contre la criminalité.

Il y a clairement une bataille en cours entre ceux qui veulent préserver la vie privée et la liberté sur internet et ceux qui veulent la supprimer. L'issue de cette lutte pourrait déterminer le degré de liberté que notre société nous accordera au 21e siècle. Timothy C. May avait anticipé dés 1992 ces enjeux dont la majorité de la population semble encore, trente ans plus tard, ignorer l'urgence et la gravité.

© Jérôme Nathanaël - 15 avril 2022

. . .

Manifeste crypto-anarchiste

Un spectre hante le monde moderne, le spectre de la crypto-anarchie. La technologie informatique est sur le point de permettre aux individus et aux groupes de communiquer et d'interagir les uns avec les autres de manière totalement anonyme. Deux personnes peuvent échanger des messages, faire des affaires et négocier des contrats électroniques sans jamais connaître le vrai nom ou l'identité juridique de l'autre.

Les interactions sur les réseaux seront introuvables, via un réacheminement étendu des paquets cryptés et des boîtes inviolables qui mettent en œuvre des protocoles cryptographiques avec une assurance presque parfaite contre toute falsification. Les réputations seront d'une importance capitale, beaucoup plus importantes dans les transactions que même les notations de crédit d'aujourd'hui. Ces développements modifieront complètement la nature de la réglementation gouvernementale, la capacité de taxer et de contrôler les interactions économiques, la capacité de garder les informations secrètes, et même de modifier la nature de la confiance et de la réputation.

La technologie de cette révolution – et ce sera sûrement à la fois une révolution sociale et économique – existe en théorie depuis une décennie. Les méthodes sont basées sur un cryptage à clé publique, des systèmes de preuve interactifs à connaissance zéro et divers protocoles logiciels pour l'interaction, l'authentification et la vérification. Jusqu'à présent, l'accent a été mis sur les conférences universitaires en Europe et aux États-Unis, conférences suivies de près par la National Security Agency.

Mais ce n'est que récemment que les réseaux informatiques et les ordinateurs personnels ont atteint une vitesse suffisante pour rendre les idées pratiquement réalisables. Et les dix prochaines années apporteront suffisamment de vitesse supplémentaire pour rendre les idées économiquement réalisables et essentiellement imparables. Les réseaux à haut débit, le RNIS, les boîtiers inviolables, les cartes à puce, les satellites, les émetteurs en bande Ku, les ordinateurs personnels multi-MIPS et les puces de cryptage en cours de développement feront partie des technologies habilitantes.

L'État tentera, bien sûr, de ralentir ou d'arrêter la diffusion de cette technologie, invoquant des problèmes de sécurité nationale, l'utilisation de la technologie par les trafiquants de drogue et les fraudeurs fiscaux, et les craintes d'une désintégration de la société. Beaucoup de ces préoccupations seront valables; La crypto-anarchie permettra aux secrets nationaux de s'échanger librement et permettra le commerce de matériaux illicites et volés. Un marché informatisé anonyme permettra même des marchés odieux pour les assassinats et l'extorsion. Divers éléments criminels et étrangers seront des utilisateurs actifs de CryptoNet. Mais cela n'arrêtera pas la propagation de l'anarchie cryptographique.

Tout comme la technologie de l'impression a modifié et réduit le pouvoir des guildes médiévales et la structure du pouvoir social, les méthodes cryptologiques changeront également fondamentalement la nature des sociétés et de l'ingérence du gouvernement dans les transactions économiques.

Combinée aux marchés de l'information émergents, l'anarchie cryptographique créera un marché liquide pour tout le matériel qui peut être mis en mots et en images. Et, tout comme une invention apparemment mineure comme le fil de fer barbelé a rendu possible la clôture de vastes ranchs et fermes, modifiant ainsi à jamais les concepts de droits fonciers et de propriété dans la frontière occidentale, de même la découverte apparemment mineure d'une branche arcanique des mathématiques fournira les coupe-fils qui démonteront les barbelés autour de la propriété intellectuelle.

Levez-vous, vous n'avez rien à perdre que vos clôtures en fil de fer barbelé !

Timothy C. May - septembre 1992

➡️ Source: https://www.activism.net/cypherpunk/crypto-anarchy.html

Il n'y a actuellement aucun commentaire, alors soyez le premier !

Tags

crypto-anarchisme HistoireInternet TimothyMay cyberpunk