Cover Image

McKinsey Gate : un scandale d'Etat

21 avril 2022 - Temps de lecture: 7 minutes

Comme pour les négociations et la mise en place de l'embargo sur le pétrole russe, dont le New York Times révélait le 14 avril 2022, repris par le Figaro le 15 avril 2022, que l'Union européenne attendait l'après-second tour de l’élection présidentielle française, pour éviter de favoriser la candidature de Marine Le Pen, il semblerait qu'il faille également attendre que M. Macron soit stabilisé sur son trône pour 5 ans avant que le Parquet financier ne puisse se saisir de ce qu'on peut d'ores et déjà appeler le McKinsey Gate.

Toujours pas d'enquĂŞte du Parquet national financier !

Le problème est que les magistrats s'en plaignent, dans une tribune collective parue sur le site de Marianne le 04 avril 2022 qui titre "McKinsey : nous, magistrats, trouvons anormal que le parquet ne déclenche pas d'enquête". Je cite un extrait de leur tribune : "L’ampleur et la dimension des informations révélées par le rapport de la commission d’enquête sénatoriale sur les cabinets de conseil publié le 17 mars dernier a le mérite d’éclairer les citoyens sur l’état de délabrement de nos institutions, gravement menacées depuis plusieurs années par des dérives susceptibles de relever du champ pénal, et à tout le moins, osons le dire, de donner à voir un État possiblement frappé par la corruption." On comprend alors qu'il n'y ait aucune directive d'instruire par le parquet général qui dépend du gouvernement.

Je rappelle qu'en 2017, le pouvoir en place, le président Hollande et le parquet général dépendant du ministère de la Justice, avaient fait pression sur les magistrats pour diligenter l'ouverture d'une enquête préliminaire dans l'affaire Fillion, qui était bien moins grave et sur des sommes beaucoup plus faibles. Nous le savons aujourd'hui grâce au témoignage officiel de l’ex-procureur Eliane Houlette devant la commission d’enquête de l’Assemblée nationale, consacrée à “l’indépendance du pouvoir judiciaire”, en juin 2020. Il fallait urgemment écarter l'importun trop bien placé dans les sondages et qui risquait de faire capoter l'élection habilement orchestrée de l'Élu suprême.

Cette fois, il semble donc que, devant l'énormité des montants incriminés, plusieurs milliards, il faille a contrario attendre, afin à nouveau de ne pas entraver la campagne mensongère de l'Élu et sa possible réélection. J'apprends par ailleurs que notre bon ministre de la Justice, M. Dupond-Moretti, encore récemment soupçonné de prise illégale d’intérêts dans deux dossiers juridiques, a vu son affaire déclarée close le 15 avril dernier, le jour même où il annonçait son ralliement officiel à son bon et généreux maître. On comprend dès lors que le parquet général qui devrait déclencher l'instruction, mais dépend du bon ministre, traîne des pieds devant une tâche si ingrate.

Ainsi donc, tout est bien dans le meilleur des mondes, les apparences sont adoucies, l'Élu se voit délester d'un lourd et périlleux handicap, ses chances de pouvoir continuer à tisser sa toile vénéneuse sur la France ne sont pas altérées, le peuple ne prendra pleinement conscience de l'énormité de la corruption d'État, et de la machination pour la masquer, que bien plus tard, peut-être dans trois ans comme pour l'affaire Fillion.

Et voilà qu'ensuite les soutiens de M. Macron, c'est-à-dire toute cette classe politique qui espère manger dans sa main dans quelque temps, tout en jouant éventuellement le théâtre de l'opposition, nous appellent à "sauver la République" devant le péril fasciste que serait censé incarner Marine Le Pen, coupable pour l'éternité d'être la fille de Jean-Marie Le Pen dont on connaît bien sûr les odieux propos, et coupable d'appeler à plus de fermeté dans le traitement de l'immigration.

Je rappelle à ce propos que M. Macron a durant son mandat élargi les possibilités du regroupement familial aux frères et soeurs, et non uniquement au conjoint et aux enfants. La notion de frère et soeur est dans certains pays aussi large que le besoin bien compréhensible d'échapper à l'horreur de la guerre ou de la misère, et l'organisation administrative beaucoup plus floue que les rigueurs de l'État français par rapport à ses citoyens. En conséquence je n'ose imaginer ce que cela pourrait à terme déclencher comme problèmes endémiques dans une France tellement appauvrie que beaucoup n'y mangent déjà plus à leur faim. Mais passons...

Marine Le Pen serait donc le monstre absolu dont il faudrait se préserver comme d'un péril ultime, alors qu'elle propose un programme social pour les plus faibles, en bloquant les prix de l'énergie par exemple et en baissant immédiatement la TVA à 5,5% sur les produits indispensables à une vie décente. Marine Le Pen serait donc aussi une menace pour la république, alors qu'elle permettra une amélioration de la vie démocratique par le Référendum d'Initiative citoyenne et le suffrage proportionnel pour une meilleure représentativité de l'Assemblée nationale. Certains sociologues, comparant les programmes de M. Mélenchon et Mme Le Pen, ont d'ailleurs estimé qu'ils ont 70% de propositions communes, alors que celui de M. Mélenchon ne se retrouve qu'à 20% dans le programme de l'Élu !

C'est pourquoi je pense d'ailleurs que M. Mélenchon se serait honoré de proposer à Marine Le Pen la création d'un Conseil de la Résistance pour faire front contre M. Macron, comme le suggérait l'essayiste Idriss Abercane, plutôt que de beugler à trois reprises "Pas une voix pour Marine Le Pen", ouvrant ainsi la porte à la réélection de celui même dont il prétendait être le principal opposant. Il a raté une occasion historique d'avoir la stature d'un homme d'État.

Alors de qui se moque-t-on ? si ce n'est une fois de plus du peuple français, sommer d'obéir en votant pour l'Élu, ou en favorisant sa réélection par un vote blanc ou par l'abstention, pourtant décriés habituellement comme une défaite de la démocratie représentative si chère à nos élus.

Faut-il réélire M. Macron et sa bande pour le laisser continuer le massacre de notre pays, l'effondrement permanent du niveau de vie au profit d'une caste d'ultra-riches comme cela s'est révélé pendant la pandémie, et laisser nos libertés au placard pour le bien du système mafieux qui s'engraisse sur nos malheurs ?

Pour moi la situation est donc sans ambiguïté, voter Marine le Pen est la seule solution pour empêcher Macron d'avoir cinq ans, voire sept ans de plus puisqu'il veut revenir au septennat, pour noyer notre pays dans un mondialisme capitaliste dont l'Europe n'est plus qu'un relais, et préserver ce qui reste de nos conditions de vie et de nos possibilités d'action.

J'espère que les Français comprendront l'urgence de ce vote et sortiront des réflexes conditionnés par leurs maîtres.

© Jérôme Nathanaël - 21 avril 2022

Sources :

Il n'y a actuellement aucun commentaire, alors soyez le premier !

Tags

McKinseyGate AffaireFillion AffaireDupond-Moretti présidentielle2022