Errance

J'ai erré dans le délire exténuant
sans trouver dans les pierres du pélerinage
l'aliment d'une nouvelle force
la mémoire de l'ancienne quiétude
Je me suis perdu sans devenir
et tout fut sans cesse à recommencer

Il ne reste en mes mains sanglantes
que l'offrande d'un désir
perpétué depuis des siècles
cette faim intarissable happée
et mon visage en larmes et sans mémoire
tendu vers le visage transparent d'Isha

Penché vers cette présence
dernière promesse de vie et de cet amour
que nous arrachons au scandale de la chute

Ce magnétisme
dans les brûlures du sel
et de murs écroulés du sommeil
parmi les déserts et les brouillards
amoncelés sur la lumière
ce visage cet amour
force d'un lucide désespoir

Pour porter l'agonisant univers
et témoigner de l'Éternel

© Jérôme Nathanaël - septembre 1975

-- Photo Milada Vigerova --

Description de l’image